Marc Doumèche

écriture, mise en scène, interprétation

 

"D’où suis-je ? Je suis de mon enfance, comme d’un pays".

Antoine de Saint-Exupéry

"L'enfant et l'artiste habitent le même pays. C'est une contrée sans frontières.

Un lieu de transformations et de métamorphoses".

Elzbieta

 

Au commencement de tout, il y a l'enfance. Je me souviens d’une période particulièrement active, féconde, nourrissante. J’ai inventé un nombre incalculable d'histoires plus ou moins finies et interprété les plus grands rôles, du super héros doté de tous les supers pouvoirs au chevalier légendaire : imaginaire nourri par le cinéma, les bandes dessinées, les livres, les chansons et les histoires qui ont bercé mes jours et mes nuits.

 

Et quand arrive la fin de l'enfance, le jeu commence à sonner faux : le "on dirait que je serais" se met à boiter, le "faire comme si" se transforme en "faire semblant". C'est comme ça, on grandit… Et puis on apprend, on s’occupe... J'ai ainsi fait des études, plutôt longues et sérieuses, j’ai appris à jouer du piano, j'ai été photographe, critique de cinéma, programmateur d'un festival de musique, directeur d'une agence de développement culturel, j'ai animé une émission de radio consacrée au jazz… Et puis j'ai dirigé un magnifique petit théâtre en Haute-Loire où j'ai programmé une saison de spectacles pour le jeune public. Chaque année, j’ai organisé plusieurs résidences de création avec les compagnies accueillies. Bilan personnel : je vais voir beaucoup de spectacles (plus de 1500... ça forme le regard), je rencontre des artistes formidables, et année après année, compagnonnage et approfondissement des relations aidant, les simples échanges sur les contenus artistiques des premiers temps se transforment en véritables collaborations et aboutissent à la mise en scène de plusieurs spectacles. Si bien qu'une fois cette belle aventure terminée, il m'a semblé naturel d'écrire et interpréter mes propres spectacles.

 

J’ai toujours aimé parler. La parole est une pensée qui agit, qui (se) donne à voir et qui fait le pari d'un lien à tisser avec l'Autre. En ce sens, je veux être un militant poétique. Mon désir d’écrire des spectacles est né de paroles partagées, longuement, dans la ferveur, l’exaltation, la détermination et l'audace. Mais aussi d'une nécessité : retrouver cette effervescence insouciante de l'enfance, cet élan créateur pleinement ancré dans le présent et dans l'imaginaire. L’enfant qui joue est profondément artiste. Il fait, agit, (se) met en mouvement et parle. Il improvise, invente. Il essaye, explore, cherche, ose, revient sur ses pas, ose à nouveau, avance et progresse sans jamais penser "échec", "impasse". Existe-t-il plus belle façon de donner vie à ses rêves ? Artistiquement, je me sens aujourd’hui pleinement inscrit dans cette filiation : j’essaye d’être l’enfant de l’enfant que j’ai été !

Madeleine Mallaret

écriture, mise en scène

 

Avoir des vies dans une vie. Ça me plaît ! C'est pourquoi, je suis une spécialiste de la bifurcation, je déteste la voie tracée, la voix qui ordonne. Donc, ce que j'aime par-dessus tout, c'est la fiction dans tous ses états et sous toutes ses formes : contes, romans, films, théâtre... J'aime aussi relier la fable à la réalité du quotidien, à mon histoire. Ce n'est sans doute pas un hasard si j'ai fait plusieurs métiers, si j'ai réellement bifurqué, si mes études de Lettres, et notamment mes recherches sur la littérature médiévale, m'ont menée, assez paradoxalement, à m'intéresser à l'informatique, jusqu'à en faire une de mes professions. Après avoir formé des gens, tremblant d'effroi pour la plupart devant leur souris à l'art de ces nouveaux systèmes d'information, je suis revenue à mes premières amours : la littérature jeunesse. Là, j'ai baigné, heureuse, dans ce monde d'images et d'histoires, jusqu'au jour où le spectacle vivant m'a fait signe et j'ai pris ma nouvelle route. Celle des histoires.

Marie Poirier

création graphique et identité visuelle

 

L’image, l’idée, l’essai et la transformation. Ces quelques mots qui pourraient s’appliquer à toute pratique artistique me guident dans mon travail de création. L’artistique justement je l’expérimente sous deux formes : le graphisme et l’illustration d’une part, le mouvement et la danse d’autre part. Loin de s’opposer, ces deux variantes de l’expression conduisent ensemble ma réflexion. La composition d’une page comme la chorégraphie sur une scène, je pense en mouvements. Parfois l’une prend le pas sur l’autre, l’autre rappelle l’une, toujours le résultat finit par les réunir. Ajoutons cette enfant que je n’ai jamais cessé d’être, ma réflexion s’oriente maintenant vers la jeunesse. Je comprends aujourd’hui l’importance de rendre accessible l’art sous toutes ses formes aux plus jeunes, ainsi que la richesse de mon éducation à cet égard. Alors dans mon chemin je trace quelques ronds, pour voir, et puis j’en profite pour mettre en formes et en images les envies de la Compagnie Midi 2.

LA COMPAGNIE

2014 / Compagnie Midi 2

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now